Atlantico - 11 juillet 2020 - EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

La filière nucléaire est critiquée pour ses coûts importants, notamment sur le dossier de l’EPR de Flamanville. Est-ce que la filière nucléaire mobilise beaucoup plus de subventions que la filière éolienne ? Les éoliennes sont-elles réellement plus rentables du fait de leur source d’énergie ?

Interview de Julien Aubert (député), Loïk Le Floch-Prigent (ancien dirigeant du groupe Elf)

  • "Le soutien à la filière éolienne est payé par la contribuable. Ce qui est très différent de la filière nucléaire dont l’essentiel des dépenses sont engagées par EdF avec l’Etat qui s’en porte garant."
  • "Suite au désastre de Fukushima, et il a fallu modifier le programme EPR Flamanville au cours de la construction par suite des changements de réglementation. C’est la cause essentielle des retards et des coûts."
  • "Parler de rentabilité des éoliennes est un gag dont nous souffrons tous. La seule rentabilité c’est celle des investisseurs qui ont obtenu un revenu garanti, bien supérieur à celui que n’importe quel indus-triel peut obtenir en travaillant dur"
  • "Si on raisonne en pure analyse financière la substitution du nucléaire par les renouvelables serait rentable, en termes de coût/gestion du risque, à partir du moment où un risque nucléaire de type Fukushima serait de 33%..."
  • "Aujourd’hui, les thèses anti-nucléaires sont promues en France au mépris du GIEC qui emploie l’atome dans 80% de ses scénarii"

Lire tout l’article

PDF - 267.3 ko