L’éolien offshore, l’arnaque aux emplois, acte III

En deux mots ?

Que coûte une promesse non tenue de création d’emplois ? 50 Millions d’Euros.

Que rapportent les contrats éoliens offshore gagnés sur cette fausse promesse ? 1,25 milliards d’Euros de subvention publique par an, pendant 20 ans.

En détail, le déroulé de la pièce :

L’Acte I, en 2012 : c’était le temps des appels d’offres pour les premiers parcs éoliens en mer. Pour gagner, les industriels promettent 10 000 emplois directs. Personne ne se demande ce que ça coûte, mais le Ministère de l’environnement peut faire un beau communiqué (i), 10 000 emplois, ça impressionne ! Et les industriels gagnent ces contrats de vingt ans, d’une valeur de ... plusieurs dizaines de milliards d’Euros.

L’acte II, c’est en 2018, quand on réalise vraiment ce que ça coûte. Il a fallu 6 ans mais enfin ça arrive. Là, le président Macron annonce une renégociation en fanfare, pour économiser 40% des subventions à ces contrats jugés très juteux. Au final, il reste tout de même 1,2 milliards d’Euros (ii) de subventions publiques par an pendant 20 ans ! La filière industrielle promet désormais 15 000 emplois créés en France (iii), mais cela représente encore 80 000 EUR de subvention annuelle par emploi créé ou maintenu. C’est un peu cher non ? Personne ne fait la règle de trois. Circulez, y-a-rien-à-voir. Si nos dirigeants politiques savaient compter, ça se saurait.

L’acte III, c’est aujourd’hui, l’abandon des promesses. Finalement, en février 2019, les industriels reviennent sur les créations d’emploi. General Electric en tête vient de faire son coming out : 470 suppressions de postes en France, titrait Les Echos le 22 janvier 2019 (iv). Cette semaine, c’est une autre promesse, plus récente, qui tombe à l’eau : "General Electric n’aura créé en France que 25 emplois nets, au lieu des 1000 promis lors du rachat de la branche énergie d’Alstom, en 2015, selon les calculs de Bercy" lit-on dans les Echos du 6 février 2019 (v). Montant de l’amende : 50 Millions d’Euros. Le prix du mensonge pour gagner un contrat de plusieurs milliards....

Une bonne pièce de théâtre dure en général cinq actes. Une mauvaise farce rarement plus de trois. Espérons le baisser de rideau.

Et pour les amateurs de remake, c’est le même (mauvais) scénario que pour l’éolien terrestre :

La filière de l’éolien terrestre s’est développée depuis 20 ans avec d’importantes subventions, au motif que pour lancer une filière industrielle en France, la, puissance publique doit l’aider ; il faut donc beaucoup de subventions au début, mais plus tard, ne vous en faites pas, il y aura plein d’emplois et ce sera rentable, c’est merveilleux.

20 ans après, aujourd’hui donc, la filière revendique 17 000 emplois directs et indirects en France (vi). Bravo ! Elle reçoit en contrepartie une subvention publique de 1,5 milliards d’Euros chaque année, encore aujourd’hui (vii). Cela représente 88 000 EUR de subvention publique par an pour chaque emploi créé ou maintenu de cette filière, encore 20 ans après son démarrage. Hors de prix ? Absurde ? Les deux mon capitaine.

Mais comment est-ce possible ? Tout simplement parce que cette industrie est finalement à 99% étrangère !! Les usines et les emplois sont créés chez nos voisins européens (viii) avec les subventions françaises, il n’y a en France que des revendeurs et des installateurs, du grand art !

Et on s’apprête à refaire pareil sur l’offshore. Que dire ?...

La bonne nouvelle, c’est que le vent tourne !

A l’occasion du grand débat national, ce thème est très intensément débattu, et la « fin des subventions à l’éolien » est arrivée en tête des contributions les plus votées dans la catégorie « transition écologique ».

Ne baissons pas les bras !!

Sources :

(i) Communiqué du Ministère de l’environnement - 6 avril 2012 - Désignation des lauréats du premier appel d’offres "éolien en mer"

Extrait : "La sélection de ces lauréats permet dès à présent le déploiement d’une puissance totale de près de 2 000 MW, un investissement de 7 milliards d’euros, et la création de 10 000 emplois industriels directs dans les régions Pays-de-la-Loire, Bretagne, Basse-Normandie et Haute-Normandie."

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/spip.php?article254

(ii) Les Echos - 20 juin 2018 - Eolien en mer : Macron annonce une économie de 15 milliards sur les aides

En synthèse : le gouvernement annonce que le prix de rachat garanti va baisser à 160 EUR / MWh au lieu de 220 EUR / MWh. La subvention publique passe à 1,25 milliards d’Euros par an pour les six parcs éoliens en mer, pendant vingt ans.

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/spip.php?article369

(iii) Tribune des industriels de l’éolien offshore français publiée dans le Figaro le 14 mars 2018 : "Transition énergétique : La France va-t-elle encore rater un rendez-vous décisif ?"

Extrait : "Les six premiers parcs éoliens maritimes français [...] doivent permettre de créer 15 000 emplois industriels."

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/article359

(iv) Les Echos - 22 janvier 2019 - General Electric envisage jusqu’à 470 suppressions de postes en France

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/article374

(v) Le Figaro - 6 février 2019 - General Electric paiera les 50 millions de pénalités pour ne pas avoir créé d’emplois

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/article375

(vi) Site internet de France Energie Eolienne, association qui représente les professionnels de l’éolien depuis 1996 et est le porte-parole de l’éolien en France.

Extrait : "En 2017, 17 100 emplois directs et indirects ont été recensés sur la chaîne de valeur au total"

Lien direct : https://fee.asso.fr/economie-et-emplois/leolien-une-energie-qui-cree-des-emplois-tous-les-jours/

(vii) Communiqué du 28 juillet 2017 de la CRE (Commission de régulation de l’énergie)

Extrait : "L’évaluation des charges de service public pour 2018 est de 7 938 M€, à 69 % pour le soutien aux énergies renouvelables (ENR), dont 19 % pour l’éolien", ce qui représente 1,508 milliard d’Euros pour l’année 2018

Accessible à l’adresse : http://www.libre-horizon.com/article340

(viii) Parts de marché par constructeur et performances du secteur éolien en 2017, Site internet de France Energie Eolienne

A plus de 99%, les constructeurs des éoliennes installées en France sont étrangers : Vestas (Danemark), Enercon (Allemagne), Senvion (Allemagne), Siemens Gamesa (Allemagne / Espagne), Nordex (Allemagne / Danemark), General Electric (Etats-Unis), Vensys (Allemagne)

Lien direct : https://fee.asso.fr/actu/parts-de-marche-par-constructeur-et-performances-du-secteur-eolien-en-2017/