Actualités

Retrouvez ici toute l’actualité de LIBRE HORIZON

Annulation prochaine des parcs éoliens offshore en Belgique ?

Selon la Libre Belgique du 21 avril 2017, le secrétaire d’Etat à la Mer du Nord Philippe De Backer va proposer au gouvernement d’annuler les concessions accordées aux trois derniers projets de parcs éoliens belges en Mer du Nord.

[...] L’éolien en mer a longtemps été une des formes les plus chères d’énergie, "un win-for-life pour les propriétaires, et un pay-for-life pour l’Etat et le citoyen", estime Philippe De Backer [alors que] à l’étranger, les coûts ont baissé en flèche.

Ca se rapproche ! Bientôt nos dirigeants aussi vont s’en rendre compte !!

Payer 5 fois le prix des voisins, pour développer les industries nord-américaines, c’est vrai que ça fait désordre !

Lire l’article complet :

PDF - 84.4 ko
Haut de page



Merci de votre présence nombreuse à Arromanches ce 8 avril 2017 !!

Merci à tous d’être venus aujourd’hui à Arromanches manifester contre l’implantation des centrales éoliennes au milieu des vestiges du Débarquement.

C’est beau, la foule sur la plage et dans les rues d’Arromanches !!

Quelques dizaines de milliers de manifestants selon Libre Horizon, et près de 200 selon la police ;-)

Bon OK, là cette photo, c’était pour la patrouille de France en 2014...

Quoi qu’il en soit, la journée a été réussie !!

Sous le soleil et en musique !

Merci à tous de votre présence aujourd’hui dans les rues d’Arromanches et devant le musée du Débarquement.

Nous allons gagner !!

Haut de page



Pétition en ligne et manifestation le samedi 8 avril 2017 à 15h à Arromanches !

Presque 2 500 signatures en quinze jours ! On compte sur vous !

Un T-shirt "No !" sera en vente sur place au prix de 10 EUR. Merci !

Haut de page



Des emplois pour les câbles sous-marins... en Italie et en Finlande

Une couleuvre de plus à avaler ...

23 février 2017 : La filière industrielle sur l’éolien offshore fait des emplois... chez nous voisins !

Nous apprenons aujourd’hui que c’est l’italien Prysmian qui a été retenu pour l’interconnexion des trois premiers parcs français.

Cette entreprise va fournir des câbles sous-marins pour réaliser l’interconnexion des parcs éoliens français, dont celui des plages du Débarquement.

Ce contrat, d’un montant de plus de 300 millions d’euros, échappe encore aux industries locales : Les câbles sous-marins seront fabriqués à Arco Felice (Italie) et à Pikkala (Finlande).

Quand est-ce qu’on dit STOP ?!

Haut de page



Le recours contre le projet éolien du Débarquement est déposé

Arromanches-les-bains / Courseulles-sur-mer, le 17 octobre 2016

Libre Horizon et 7 autres associations engagent un recours contre le projet de centrales éoliennes en mer au large des plages du Débarquement, devant Arromanches et Courseulles.

"Le dossier de classement UNESCO insiste sur le caractère exceptionnellement dense du champ d’épaves jusqu’à 20 km des côtes, faisant de tout ce champ subaquatique une des neuf zones de protection UNESCO. L’implantation du complexe éolien à 10 km des côtes d’Arromanches rendrait ce classement totalement impossible", indique Bernard LOING, président de D-Day Heritage.

"On voit aujourd’hui le plus grand projet éolien du monde se construire à 90 km des côtes anglaises, à un prix très inférieur à celui de Courseulles-Arromanches. C’est la triple peine pour nous : un prix très élevé, aucune filière locale, un site mémoriel profané sous nos yeux" déclare Elsa JOLY, présidente de Libre-Horizon.

"La population s’est largement exprimée contre ce projet lors de l’enquête publique, et le choix de la zone d’implantation s’est faite en catimini. Ce sont des industriels privés qui ont proposé cette zone à l’administration qui l’a acceptée, et s’enferme dans sa position, malgré tout ce que l’on apprend depuis. C’est un vrai loupé", déclare José ROBERT, conseiller municipal de Courseulles, qui a proposé un site d’implantation plus au large, très documenté.

Nous sommes déterminés et très soutenus. Nous sommes certains qu’après l’arrêt du projet éolien du site de Verdun, celui des sites du Débarquement va également être annulé.

Découvrez le détail de ces différents points dans le communiqué complet

PDF - 123.2 ko
Haut de page



Nos élus tombent dans le panneau

Arromanches, le 13 septembre 2016

Le conseil municipal du 5 septembre 2016 présentait à l’ordre du jour : "Demande de WPD Offshore pour une lettre de soutien au projet d’implantation d’éoliennes en mer du Calvados".

Libre-Horizon a envoyé le 31 août 2016 le courrier suivant à tous les membres du conseil municipal :

PDF - 32.1 ko

Notre but était d’alerter nos élus sur le risque de manipulation par les industriels : obtenir la confirmation d’un soutien ancien, alors que l’on a découvert beaucoup de mensonges depuis (emploi, filière industrielle française, visibilité des éoliennes depuis Arromanches, incompatibilité Unesco - voir courrier pour les arguments détaillés).

La presse relate les discussions du conseil municipal du 5 septembre 2016 à Arromanches. On a l’impression que la MA-NI-PU-LA-TION a marché ...

En effet, les principaux arguments du conseil municipal sont :

  • "Ce courrier a déjà été contresigné par bon nombre d’élus d’autres communes"
  • "le conseil municipal s’est toujours prononcé, à l’unanimité, pour le projet"

Selon Ouest-France :

« Dans cette affaire, il y a un mensonge, dénonce Philippe Édet, quatrième adjoint et président de l’office de tourisme. Au final, les éoliennes, on les verra très bien. »

« On ne rouvre pas la discussion parce qu’on pourrait en parler pendant dix heures, s’impatiente Patrick Jardin. C’est un projet gouvernemental. Peu importe qu’on soit pour ou qu’on soit contre. »

Lire l’article d’Ouest-France :

PDF - 15.1 ko

Ce que nous en pensons :

  • Quand on nous demande notre avis, c’est pour le donner, par pour répéter l’avis du voisin
  • A ce stade, le seul avis connu de la population est le résultat de l’enquête publique de 2015 : 67% d’opposants au projet
  • On peut bien parler de manipulation quand des personnes s’enferment dans un mauvais choix, au prétexte qu’elles ont fait ce choix il y a longtemps et qu’elles n’osent pas se rétracter. Alors que ce choix reposait sur des informations inexactes...
Haut de page



Soutenez-nous ! Recours en justice contre les centrales éoliennes du Débarquement

Soutenez-nous ! Recours en justice contre le complexe éolien des plages du Débarquement

LIBRE HORIZON

UNISSONS-NOUS POUR LUTTER CONTRE LE PROJET D’EOLIENNES EN MER

Comme vous le savez, notre association Libre-Horizon se bat depuis plusieurs années contre le projet titanesque de 75 éoliennes en mer, juste en face de Courseulles-sur-mer et Arromanches, à 10 km seulement des côtes, en plein milieu des sites du Débarquement, en Normandie.

Indépendamment de sa nuisance visuelle évidente, ce projet industriel, inédit en France, remet totalement en question le projet actuel de Classement des Plages du Débarquement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

En effet, ce projet de classement porte sur 9 points, dont le champ subaquatique au large des plages jusqu’à 20 km des côtes. L’implantation du complexe éolien dans une bande allant de 10 km à 20 km du rivage est ainsi totalement incompatible avec le classement UNESCO.

Par ailleurs, ce projet industriel a mis en évidence de graves problèmes dont les conséquences ont été insuffisamment étudiées en matière écologique et sanitaire : pollution de la mer, avenir de la pêche à Port-en-Bessin, avenir de la filière ostréicole.

Enfin, la promesse initiale de développement d’une filière industrielle française, rendue possible par un prix de rachat élevé de l’électricité produite (6 fois le prix de marché), devient désormais lettre morte (transfert des activités d’Alstom à l’américain General Electric et au canadien Enbridge).... alors que le prix exorbitant est lui maintenu !

L’arrêté du Préfet autorisant l’aménagement et l’exploitation du parc éolien ayant été publié en juin 2016, ce projet est désormais entré dans la phase où ses opposants peuvent intervenir plus directement.

Nous déposerons au début du mois d’octobre 2016 un recours en annulation de cet arrêté et NOUS AVONS BESOIN DÈS QUE POSSIBLE DE VOTRE AIDE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DE CE RECOURS.

Nous conduisons cette action en justice avec d’importantes fédérations régionales et nationales : Belle Normandie Environnement (BNE), la Fédération pour l’Environnement Durable (FED), la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF), D-Day Heritage et l’association Robin des Bois.

VOTRE AIDE AUSSI EST NECESSAIRE : N’ATTENDEZ PAS ! Pour ce recours, nous avons signé avec la SPPEF une convention qui permet à nos adhérents de bénéficier d’une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don affecté au recours contre ce complexe éolien des plages du Débarquement

Si vous nous envoyez un chèque de 60 EUR, il vous en coûtera réellement 20.

Si vous nous envoyez un chèque de 150 EUR, il vous en coûtera réellement 50.

Pour cela, il faut libeller votre chèque à l’ordre de la SPPEF, et nous l’adresser dès cette semaine à l’adresse suivante :

Association LIBRE HORIZON

La Petite Ferme de Maronnes

14960 Meuvaines

NB : Un reçu fiscal sera transmis pour tout don supérieur à 30 EUR. (Article 200 du Code général des impôts : la réduction d’impôt sur le revenu est égale à 66 % du montant du don dans la limite de 20 % du revenu imposable).

Nous vous remercions énormément de votre soutien !

Nous sommes totalement déterminés et mobilisés pour empêcher ce complexe industriel en plein cœur des plages du Débarquement.

On va gagner !

Elsa Joly, présidente de Libre-Horizon

Haut de page



A 90 km des côtes et moins cher : le plus grand parc d’éoliennes maritimes au monde au Royaume-Uni

Août 2016

Le plus grand parc éolien en mer au monde pourrait bientôt voir le jour au Royaume-Uni.

Situées à 89 kilomètres de la côte du Yorshire, les 300 turbines du Hornsea Project Two devraient avoir une capacité maximum de 1,8 GW et pourraient couvrir les besoins en électricité d’environ 1,6 million de foyers britanniques chaque année.

Une fois le projet mis en œuvre, le parc éolien, d’une valeur de 6,94 milliards d’euros, devraient générer jusqu’à 1 960 emplois dans la construction et 580 emplois dans l’exploitation et la maintenance à la région de Humber, dans l’Est de l’Angleterre.

Proportionnellement, le complexe éolien d’Arromanches-Courseulles est :

  • Plus cher
  • Moins créateur d’emplois
  • Visible, en plein milieu des sites du Débarquement

On continue à dire que c’est bien ???

Haut de page



Pas d’éoliennes à Verdun : décision confirmée par le TA de Nancy

Nancy, 31 juillet 2016 - Information de la Fédération Environnement Durable.

Lieux de mémoire : pas d’éoliennes

Douaumont ne sera pas défiguré par un projet d’éoliennes mises au bord d’un cimetière militaire de la Grande Guerre

Extrême sévérité du jugement du TA de Nancy vis a vis du promoteur


En pièces jointes, les deux jugements du 29 juillet 2016 par lesquels le tribunal administratif de Nancy a rejeté les requêtes de la société Quadran Energies Libres qui étaient dirigées contre les refus du préfet de la Meuse de l’autoriser à construire et exploiter dix éoliennes sur le territoire des communes d’Esnes-en-Argonne et de Montzéville.

PDF - 260.8 ko
PDF - 354.9 ko

Les juges nancéens ont considéré que la visibilité du projet depuis les sites de la butte de Montfaucon, de la butte Vauquois, de l’ossuaire et du fort de Douaumont, sites mémoriels emblématiques de la bataille de Verdun, caractérisait une atteinte à l’intérêt des lieux et aux sites, eu égard à leur intérêt culturel et historique.

(Correspondant Association Meuse Argonne Environnement : 20 Rue du 23 RIC 55 100 Esnes-en-Argonne meuseargonneenvironnement@gmail.com)

Haut de page



Adieu veau, vache, cochon, couvée

Arromanches, le 10 mai 2016

On nous a promis une belle filière industrielle française de l’éolien offshore.

On a nous a fait avaler que, pour financer cette filière locale, on allait payer 220 EUR par MWh (au lieu de 30 EUR, prix de marché...) l’électricité produite par le complexe éolien des plages du Débarquement

On nous a expliqué que EDF + Alstom + Dong Energy (Danemark) était le trio du siècle pour réaliser ce projet et créer pleins d’emplois locaux

On nous a vendu "7 500 emplois pour la fabrication des éoliennes, des fondations, la construction des parcs et leur exploitation", selon les termes d’Henri Proglio, PDG d’EDF en 2012, dans son communiqué-cocorico, qui est juste ici :

PDF - 505.8 ko

.

Maintenant, on avale couleuvre sur couleuvre...

EDF et Alstom sont en quasi faillite, les turbines sont désormais reprises par l’américain General Electric. On doute que les ingénieurs français bossent dessus, peut-être aurons-nous de la manutention et du nettoyage ?...

Aujourd’hui, c’est le danois Dong Energy qui jette l’éponge... Après 700 millions d’Euros de pertes l’an dernier, il vaut mieux s’arrêter. Et c’est un canadien, Enbridge, qui rafle la mise en prenant 50% des trois complexes éoliens de Courseulles-Arromanches, Fécamp et Saint-Nazaire... (l’article des Echos est ici).

Les promoteurs du complexe éolien évoquaient récemment à Cherbourg une “quarantaine” seulement de créations d’emploi, dans une usine d’assemblage et une unité de surveillance et de maintenance. C’est désormais certain, les pièces seront finalement construites à l’étranger, et uniquement assemblées à proximité des implantations...

Déjà l’été 2015, on se doutait que les emplois qualifiés ne seraient pas locaux : les trois bateaux qui réalisaient des sondages géotechniques arboraient des pavillons de Singapour (GREATSHIP MANISHA), d’Angleterre (MTS VECTOR) et de Panama (FURGO COMMANDER). No comment...

Jusqu’à quand on nous prend pour des ânes ?!

On peut changer comme ça 50% d’un consortium, oublier les promesses d’emploi, faire fi de l’opposition de 70% de la population exprimée lors de l’Enquête publique, et payer son électricité 8 fois plus cher pour financer une filière nord-américaine ?!

Haut de page



Arnaque de 22 Millions le week-end de Pâques

Il a fait beau le week-end de Pâques, cette année (26-27-28 mars 2016). Une belle arnaque a eu lieu dans notre pays sans qu’on n’en entende parler. Près de 22 millions d’euros ont été raflés sans que les forces de police, ni les médias ne s’en émeuvent.

Sont-ce les gens de la Camora, la mafia Russe, un coup de Daesh, des Anonymous ? Pas du tout...

Ces 22 millions d’euros ont été soutirés de nos factures EDF, c’est à dire de nos poches, en seulement 2 jours par des voyous tout à fait respectables…. Vous vous demandez comment un tel scandale a pu se produire et pourquoi un tel silence ?

C’est simple.

Le week-end de Pâques, les entreprises s’arrêtent et les besoins en électricité s’effondrent.

Seulement voilà, dans le même temps, le vent s’est mis à souffler sur notre beau pays de France et les quelques milliers d’éoliennes qui agrémentent nos paysages se sont mises à produire, comme jamais, de l’électricité dont on n’avait absolument pas besoin.

Du coup, sur le marché de l’électricité en temps réel ("Epex Spot"), les cours s’effondrent.

Pas grave, puisque les affairistes éoliens bénéficient de la garantie d’achat de leur électricité à tout moment ! Ils percevront donc une rémunération de 82 € par mégawattheure produit, même si on n’en a pas besoin !!!

Le 26 mars, 138 607 MWh ont été produits par les éoliennes. Le 27 mars, la production s’établit à 161 748 MWh.

Parce que ce courant est inutile, le prix moyen du mégawattheure sur les 2 jours est dégringolé à seulement 9,44 € sur le marché Spot. C’est donc à ce prix qu’EDF est contraint de le vendre, tandis que nous l’achetons dans le même temps, via nos factures EDF, à 82 € à nos si « chers » promoteurs. Et demain à 220 € pour l’électricité produite en mer devant nos plages du débarquement...

Donc, pour chaque mégawattheure produit, il nous en coûte 72,56 €. Multipliés par les 300 355 MWh injectés sur le réseau pendant ces 2 jours du week-end de Pâques, ce sont donc 21 793 000 € qui nous sont subtilisés.

Suivre les cours de la Bourse de l’électricité Epex Spot : cliquez ici !

Par Jean-Louis DOUCY

Haut de page



Libre-Horizon au JT de TF1 pour repousser les éoliennes à 20 km des côtes !

Arromanches, 26 janvier 2016 : JT de 13 heures de TF1, présenté par Jean-Pierre Pernaut

Sur les plages du Débarquement, un projet de parc éolien fait polémique

C’est un projet qui inquiète beaucoup les Normands. Un parc éolien de 75 turbines pourrait être créé en 2016 au large des plages du Débarquement. Un "sacrilège" pour ses détracteurs qui en appellent au sens de l’histoire et de la transmission.

LIEN EXTERNE Accéder à ce reportage sur le site de TF1

Haut de page



67% d’opposants mais avis favorable de la Commission d’enquête, on est dans quel pays ?

Arromanches, le 13 janvier 2016

Le rapport est publié ce matin sur le site de la préfecture du Calvados. On le retrouve intégralement ici, au sein de la rubrique Enquête publique de ce site.

Ce que dit le rapport :

  • 348 personnes se sont prononcées CONTRE le projet actuel, soit 67%
  • 172 personnes se sont prononcées favorablement sur le projet actuel, soit 33%

Ce que nous disons :

Il y a une GRANDE MAJORITE D’OPPOSITION AUX EOLIENNES (2/3 d’opposants). Quel sujet réunit aujourd’hui 2/3 des suffrages ? Et dans ce cas, on prend la décision opposée ? Effectivement, on peut se demander si cette enquête publique servait à quelque chose...

Ce que dit le rapport : Le projet est sans effet sur le classement UNESCO

Ce que nous disons : C’est factuellement FAUX, les précédents sont sans équivoque :

  • Annulation du projet d’éoliennes à Verdun (septembre 2014),
  • Abandon du projet d’éoliennes au large de l’île de Wight pourtant à 15 km (septembre 2015),
  • Annulation du projet d’éoliennes dans la baie du Mont Saint-Michel (avril 2012). Dans ce cas, l’Unesco menaçait explicitement de déclasser le Mont Saint-Michel de son patrimoine

Ce que dit le rapport :

La commission d’enquête estime qu’un devoir de mémoire conduisant à figer le développement d’un territoire ne serait pas compatible avec les exigences du progrès.

Ce que nous disons : on devrait avoir un peu plus de modestie sur ce terme de progrès. Il ne suffit pas de le revendiquer pour l’établir ; ce n’est en aucun cas un argument absolu, qui annulerait tout avis contraire.

  • On a la mémoire courte : Il y a 50 ans, on disait que le progrès, c’était l’amiante, les usines et les centrales nucléaires (tiens, déjà EDF)..
  • Si les éoliennes sont un progrès, et que le "progrès" justifie de les avoir sur les lieux protégés, mettons en au château de Versailles, et dans tous les cimetières ...
  • Au fait, petit clin d’oeil sur le progrès perçu en 1965 et en 1981 pendant les campagnes présidentielles : qui veut une usine et des poteaux électriques devant chez lui ?

Poursuivons nos efforts, nous arriverons à convaincre la population et nos élus qu’un éloignement est possible et demeure la meilleure solution !

Haut de page



Luc-sur-Mer vote contre le projet éolien devant les plages du Débarquement !

Ca fait plaisir !

Les élus de Luc-sur-Mer ont voté contre, à une écrasante majorité, le projet éolien devant les plages du Débarquement !

Les deux arguments qui ont le plus marqué les élus :

  • L’impossibilité du classement UNESCO des plages du Débarquement en cas de maintien du projet actuel
  • Le fait "d’acheter" les communes ! C’est une forme de corruption légale, mais certains élus s’en rendent bien compte !

L’examen approfondi du dossier leur a permis de prendre cette décision, lors du conseil municipal du 9 novembre 2015

Haut de page



Parc éolien à 19 km des côtes anglaises annulé pour atteinte grave aux paysages

AFP - 11 septembre 2015 : un projet d’éoliennes off-shore d’EDF bloqué par le gouvernement britannique

Un vaste projet d’EDF de parc éolien off-shore au large des côtes méridionales de l’Angleterre a été rejeté par le gouvernement britannique en raison des nuisances craintes pour le paysage.

La filiale britannique du géant français de l’électricité, EDF Energy, défendait ce projet dans le cadre d’une coentreprise, Navitus Bay Development, montée à 50/50 avec une filiale du néerlandais Eneco.

Les deux partenaires avaient présenté en avril 2014 un vaste projet comprenant la construction de 194 éoliennes dans la Manche, au large des côtes du comté du Dorset et de l’île de Wight. Les turbines auraient fourni une capacité totale de 970 mégawatts, l’équivalent d’un réacteur nucléaire de taille moyenne, les deux partenaires évaluant à 3,6 milliards de livres (près de 5 milliards d’euros) l’investissement de départ.

Face aux réticences britanniques à donner le feu vert, EDF et Eneco avaient ensuite présenté une autre option possible pour ce projet, un peu plus modeste, comprenant 105 éoliennes pour une capacité totale de 630 mégawatts.

Mais, malgré son éloignement relatif des côtes (de 14 à 19 km au point le plus proche, en fonction de l’option retenue), le projet a été rejeté par le ministère britannique de l’Energie et du Changement climatique.

Ce dernier a considéré que le parc éolien aurait "un impact négatif important" sur le paysage visible depuis la côte. Il a rappelé en outre que la plupart des côtes du Dorset étaient classées au patrimoine mondial de l’Unesco. "Le développement du projet, même s’il n’endommagerait pas la zone protégée par l’Unesco, en affecterait négativement son usage et sa jouissance", a souligné le ministère, qui a conclu que ce désagrément n’était "pas acceptable".

Haut de page



Merci de votre soutien le 16 août 2015 à Courseulles

On ne lâche rien !

Nous nous sommes retrouvés sur la plage de Courseulles, le 16 juillet 2015, entre 17 et 18 heures.

Libre-Horizon était présent ! Nous avons pu distribué près de 800 tracts aux riverains et touristes à Courseulles, devant le kiosque à friandises de la Crémaillère : très bon accueil des passants et vacanciers, stupéfaits de découvrir ce projet ...

Beaucoup de riverains n’ont jamais entendu parler du projet éolien, et sont consternés en voyant les simulations d’implantation des éoliennes si près des côtes !

Merci, vous avez été des centaines à accepter de discuter avec nous et cet accueil nous renforce dans nos idées.

Notre proposition d’éloigner à 20 km ce parc éolien a rencontré une forte adhésion : personne ne peut être contre !

Rappelons que les allemands font leurs parcs offshore à plus de 30 km des côtes pour ne gêner personne. On n’est pas plus bêtes qu’eux...

Plus que jamais nous refusons la profanation du LIEU DE MEMOIRE que constituent ces côtes Normandes.

Vous nous retrouverez dans différentes actions de sensibilisation que nous allons mener dans les mois prochains, dans l’attente de l’enquête publique dans laquelle nous vous encourageons à vous exprimer.

REJOIGNEZ NOUS ET AIDEZ NOUS A EVITER L’IRREPARABLE !

Haut de page



L’enquête publique démarre, tous à Courseulles le 16 août à 17 heures !

L’enquête publique démarre !

Lire l’avis au public publié dans les Echos le jeudi 23 juillet 2015, concernant le projet de parc éolien en mer

PDF - 802.9 ko

Lire l’avis au public publié dans les Echos le jeudi 23 juillet 2015, concernant le raccordement électrique du parc éolien en mer

PDF - 840.3 ko

Venons exprimer pacifiquement notre projet alternatif le DIMANCHE 16 AOÛT 2015 à 17 heures précises sur la plage de Courseulles.

Nous nous retrouverons devant le kiosque à friandises (à proximité du parking de la Crémaillère).

Soyons nombreux pour demander l’éloignement du parc, à 20 km de nos côtes ! C’est possible !

Haut de page



Des emplois ? Oui mais à Singapour, au Panama et en Angleterre

Arromanches, le 13 juillet 2015

On peut observer depuis quelques jours, au large de Courseulles et d’Arromanches, quelques bateaux qui sont quasi immobiles, à 10 ou 15 km de nos côtes.

On a envie de les voir de plus prêt...

Etonnamment, un arrêté du préfet maritime de la Manche, affiché à la capitainerie de Courseulles, détermine une zone dans laquelle la navigation est interdite.

Et cette zone est celle de ces trois bateaux ...

Cet arrêté vise la demande de la société Éoliennes offshore du Calvados "pour la mise en place d’un périmètre de sécurité autour des bouées installées".

C’est très intéressant : les trois bateaux, qui font des sondages géotechniques, sont :

  • Le GREATSHIP MANISHA, Pavillon SINGAPORE (Au fait, il fait 35 m de haut ; les éoliennes seront 5 fois plus hautes ; on continue à dire qu’on ne les verra pas ?!)
  • Le FURGO COMMANDER , Pavillon PANAMA
  • Le MTS VECTOR, Pavillon UK

Il était beau, en escale au Havre, en mai dernier, le bateau de Singapour :

Merci EDF pour ce beau projet, qui donne du travail à plein de monde... mais pas chez nous.

Haut de page



Merci de votre soutien le 12 juillet 2015 à Arromanches

Prochain rassemblement : DIMANCHE 16 AOÛT 2015 A 17h précises sur la plage de Courseulles - RDV devant le kiosque à friandises (à proximité du parking de la Crémaillère) - On ne lâche rien !

Nous nous sommes retrouvés sur la plage d’Arromanches, le 12 juillet 2015, entre 16 et 17 heures.

Libre-Horizon était présent ! Nous avons pu distribué près de 500 tracts aux riverains et touristes à Arromanches, qui nous ont fait un très bon accueil !

Beaucoup de riverains n’ont jamais entendu parler du projet éolien, et sont consternés en voyant les simulations d’implantation des éoliennes si près des côtes !

Merci, vous avez été des centaines à accepter de discuter avec nous et cet accueil nous renforce dans nos idées.

Notre proposition d’éloigner à 20 km ce parc éolien a rencontré une forte adhésion : personne ne peut être contre !

Rappelons que les allemands font leurs parcs offshore à plus de 30 km des côtes pour ne gêner personne. On n’est pas plus bêtes qu’eux...

Plus que jamais nous refusons la profanation du LIEU DE MEMOIRE que constituent ces côtes Normandes.

Vous nous retrouverez dans différentes actions de sensibilisation que nous allons mener dans les mois prochains, dans l’attente de l’enquête publique dans laquelle nous vous encourageons à vous exprimer.

REJOIGNEZ NOUS ET AIDEZ NOUS A EVITER L’IRREPARABLE !

Haut de page



Annulation du Schéma régional éolien de basse-Normandie

Caen, 9 juillet 2015.

Par un jugement du 9 juillet 2015, le Tribunal administratif de Caen a annulé pour illégalité sur le fondement des articles L122-1 et L122-4 du code de l’environnement l’arrêté du 28 septembre 2012 par lequel le préfet régional avait approuvé le Schéma Régional Eolien (SRE) de Basse-Normandie.

Lire le jugement :

PDF - 176.8 ko

En effet celui-ci l’avait approuvé sans procéder à une évaluation environnementale. Cette absence d’évaluation ayant privé le public d’une garantie et exercé une influence sur le sens de la décision, ce vice entache d’illégalité l’arrêté attaqué notamment par de nombreuses associations.

Parmi les motifs invoqués par le Tribunal administratif, figurent notamment :

  • la nécessité de respecter les engagements de la France vis-à-vis de l’UNESCO, devant conduire le Schéma régional éolien de Basse Normandie à proscrire l’implantation de tout éolien dans la zone d’influence visuelle du Mont Saint Michel.
  • la méconnaissance de du code de l’environnement sur les impacts sur le cadre de vie des habitants, et l’atteinte portée au patrimoine naturel et culturel, mais également l’effet néfaste pour le tourisme

Lire le Schéma régional éolien de 2012, annulé par le Tribunal de Caen (Fichier de 13 Mo) :

PDF - 13.2 Mo
Haut de page



Dimanche 12 juillet à 16h : Rassemblement familial sur la plage à Arromanches

Notre mouvement d’opposition à l’implantation industrielle d’éoliennes au large de Courseulles -sur-mer, continue de mener différentes actions, visant à démontrer que ces machines sont incompatibles avec le respect du à ce lieu de mémoire, et plus particulièrement son classement au titre du patrimoine mondial de l’UNESCO, en cours d’instruction.

A la veille de l’enquête publique, qui devrait avoir lieu en fin d’année, nous allons mener les actions qui s’imposent contre ce projet, inacceptable en l’état.

Ces trois derniers mois, nous étions présents : 1. Au Défi des ports de pêche à Port en Bessin 2. Aux réunions du promoteur à Ver sur Mer et Langrune sur Mer. 3. Aux différentes manifestations anniversaires du débarquement

Aussi nous avons pu rencontrer et discuter avec des riverains, des professionnels de la pêche et du tourisme, des étrangers, nous sommes ressortis outrés du fait que l’élan populaire d’opposition que suscite ce parc ne soit entendu ni du promoteur, ni des pouvoirs publics.

Venez nous rejoindre dimanche 12 juillet à 16h sur la plage d’Arromanches, nous serons très heureux d’échanger avec vous !

Haut de page



Tous aux réunions publiques des 27 et 28 mai 2015 à Ver-sur-mer et Langrune !

C’est maintenant un exercice bien rodé :

  • organiser des réunions publiques au dernier moment
  • en milieu de semaine, pour que les non-résidents ne soient pas là
  • avec toute la clique des supporteurs du projet, industriels d’une part et élus d’autre part, censés être de bon conseil pour la population, mais tellement biaisés par l’arrivée de subventions pour leur mairie...

Mobilisons-nous ! Venons à cette réunion ! Osons dire qu’à 10 km, nous craignons l’effet visuel désastreux, la perte de valeur de nos maisons, la baisse du tourisme...

Et parlons de notre projet alternatif, d’implantation à 20 km des côtes, plutôt qu’à 10 km, c’est bien possible ! Les allemands font leurs parcs éolien à plus de 30 km des côtes, on n’est pas plus bêtes qu’eux...

Réunion d’information sur le projet de parc éolien au large de Courseulles sur mer

  • le mercredi 27 mai 2015 - 18h30 - Ver sur Mer - salle saint Exupéry - Place Amiral Byrd
  • le jeudi 28 mai 2015 - 18h30 - Langrune-sur-Mer - Salle Linglonia - 16 rue Grange Denis.
Haut de page



Grand succès de Libre-Horizon au Défi des ports de pêche

La 28ème édition du Défi des ports de pêche s’est tenue à Port en Bessin-Huppain, du 11 au 17 Mai 2015.

Libre-Horizon était présent ! Tandis qu’EDF Energies Nouvelles a déserté les journées grand public du week-end de l’Ascension, notre mobilisation a connu un grand succès !

Bravo, vous avez été plusieurs milliers de personnes à assister aux sept jours du DEFI DES PORTS DE PECHE de Port en Bessin, les organisateurs reconnaissent que c’est un succès.

Merci, vous avez été des centaines à accepter de discuter avec nous et cet accueil nous renforce dans nos idées.

Notre proposition d’éloigner à 20 km ce parc éolien a rencontré une forte adhésion : personne ne peut être contre !

Rappelons que les allemands font leurs parcs offshore à plus de 30 km des côtes pour ne gêner personne. On n’est pas plus bêtes qu’eux...

Plus que jamais nous refusons la profanation du LIEU DE MEMOIRE que constituent ces côtes Normandes.

Vous nous retrouverez dans différentes actions de sensibilisation que nous allons mener dans les mois prochains, dans l’attente de l’enquête publique dans laquelle nous vous encourageons à vous exprimer.

REJOIGNEZ NOUS ET AIDEZ NOUS A EVITER L’IRREPARABLE !

Haut de page



Lettre ouverte à Ségolène Royal, à l’origine de la loi Paysage

Madame la ministre,

Vous avez été en 1993 à l’origine de la loi "Paysage" (La loi n° 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages).

Vous avez présenté en septembre 2014 une communication relative à la reconquête des paysages et à la place de la nature en ville, dans laquelle vous dîtes : "La France est riche de paysages d’une exceptionnelle diversité. Monuments de la nature, jardins et parcs, perspectives façonnées au fil des siècles par le travail humain ont construit, dans les campagnes et dans les villes, nos singularités locales et notre identité commune. Leur beauté et leur cachet contribuent à la réputation internationale de notre pays, 1ère destination la plus visitée au monde, et au dynamisme de notre économie touristique qui représente 7 % de notre PIB et 8 % de nos emplois."

Par un décret du 27 octobre 2003, l’Etat a classé le site historique du Port artificiel Winston Churchill et les falaises qui le dominent, sur les territoires d’Arromanches-les-bains, d’Asnelles, de St Come de Fresné et de Tracy-sur-mer.

PDF - 644.8 ko

Les hauteurs de Tracy-sur-mer et d’Arromanches ont été inscrites parmi les sites classés dès 1946. cette protection a été renforcée en 2003 par un classement étendu à l’ensemble des vestiges en mer. En 2004, le site intègre l’Opération Grand Site" Normandie 44".

Les blocs de béton et les vestiges des voies flottantes sont les seules traces du port artificiel, mais quelles traces ! Depuis les rues, sur la plage et même des communes voisines ils mettent en scène l’espace et soulignent l’horizon de leurs imposantes masses grises. Le classement d’un site constitue la reconnaissance au plus haut niveau de la qualité du patrimoine paysager national. Il offre les moyens d’assurer la préservation de ses qualités exceptionnelles, qu’elles soient pittoresques, scientifiques, historiques ou légendaires.

C’est pourquoi les travaux susceptibles de modifier ou de ou détruire l’aspect ou l’état des lieux sont soumis à autorisation spéciale délivrée par le ministre chargé des sites ou le préfet de département (articles L341-10 et R341-10 du code de l’environnement)

Alors....Mme la Ministre Ségolène Royal, M. le Préfet de département, comment pouvez-vous envisager d’autoriser l’implantation d’un gigantesque parc éolien offshore de 50 km carrés devant un tel site classé ?

Aidez-nous, Madame la Ministre à valoriser ce patrimoine combiné de la nature et de l’histoire, sans en faire un nouveau terrain de jeu industriel.

Haut de page



Libre-Horizon à la Une de Ouest-France !

A Courseulles, l’association veut déplacer les éoliennes, lit-on en Une du numéro du 3 février 2015.

Ouest-France, 3 février 2015

Retrouver l’article complet :

PDF - 1.1 Mo

Libre Horizon, une association d’habitants du littoral, propose d’éloigner le parc éolien de Courseulles-sur-Mer d’une dizaine de kilomètres au large. Elle estime pouvoir minimiser le fort impact visuel des 75 éoliennes prévues en face des plages du Débarquement.

Les membres de l’association Libre horizon proposent de déplacer le parc éolien à une dizaine de kilomètres plus au large.

"Libre horizon" craint les conséquences économiques ce projet. Elle propose de déplacer les éoliennes, dix kilomètres plus au large, pour minimiser l’impact visuel. « En déplaçant le parc éolien d’une dizaine de kilomètres plus au large, au-delà des 12 milles, on diviserait l’impact visuel par deux. » Créée il y a un an par plusieurs élus et habitants des communes du littoral, l’association Libre horizon tente de convaincre sur l’intérêt d’un compromis.

« L’implantation de 75 éoliennes sur une surface de 50 km2 aurait des incidences sur le tourisme, l’économie et irait à l’encontre de la procédure de classement des plages du Débarquement au patrimoine mondial de l’humanité, assure José Robert, conseiller municipal de Courseulles-sur-Mer et membre de l’association. Nous allons passer d’un paysage naturel à un paysage industriel, en s’attaquant à la mémoire de ceux qui ont débarqué ici en 1944. »

L’association qui a déjà rencontré le promoteur du projet et noue des contacts avec les services de l’État espère pouvoir déplacer ce parc éolien vers le large. « Les éoliennes devraient être hautes de 175 mètres, soit les deux tiers de la tour Eiffel. Elles seront quatre fois plus visibles que les cheminées du port du Havre. En les déplaçant de 10 km, elles ne représenteraient plus que deux fois la hauteur de ces cheminées, visibles de nos plages par beau temps. »

Haut de page



Eoliennes interdites près des champs de bataille de Verdun

La préfecture de la Meuse dit non à des éoliennes près des champs de bataille de Verdun

NANCY, 30 septembre 2014 (AFP)

Le permis de construire d’un parc éolien près des champs de bataille de la Grande Guerre en Meuse a été refusé par la préfète du département, estimant qu’il portait atteinte à l’intérêt des sites mémoriels, a-t-on appris mardi à la préfecture.

"Plusieurs sites mémoriels liés aux champs de bataille de Verdun se situent en co-visibilité partielle avec le parc éolien envisagé", a souligné la préfète de la Meuse, Isabelle Dilhac, dans son arrêté de refus de permis de construire du 17 septembre.

"Le caractère industriel du parc est de nature à porter atteinte à l’intérêt des sites", a-t-elle poursuivi, en considérant que les éoliennes pouvaient également amoindrir les chances pour la zone d’être classée au patrimoine mondial de l’Unesco, dont l’instruction est en cours.

Le projet du parc éolien, porté par la société Quadran, prévoyait la construction de six éoliennes sur les communes d’Esnes-en-Argonne et Monzéville, qui rassemblent quelque 300 habitants.

"80% de la population n’en voulait pas. Les communes ont dit non, le Conseil général avait dit non, aujourd’hui c’est la préfecture : on ne peut être que satisfait", a commenté auprès de l’AFP un porte-parole du collectif "Plateforme européenne contre l’éolien industriel", Sylvain Coing.

"Nous sommes sur une terre de lieux de mémoire. S’il doit y avoir au moins une zone de préservée, il faut que ce soit celle-là", a-t-il poursuivi, en rappelant qu’un premier projet similaire avait déjà connu le même sort en 2008.

La Meuse, territoire essentiellement rural, est le sixième département en France pour le nombre d’éoliennes.

Haut de page



Ségolène Royal s’engage pour la reconquête des paysages et la place de la nature en ville

25 septembre 2014 - Ministère de l’écologie du développement durable et de l’énergie

Dans le communiqué de Madame la ministre, on se réjouit de lire :

La France est riche de paysages d’une exceptionnelle diversité. Monuments de la nature, jardins et parcs, perspectives façonnées au fil des siècles par le travail humain ont construit, dans les campagnes et dans les villes, nos singularités locales et notre identité commune. Leur beauté et leur cachet contribuent à la réputation internationale de notre pays, 1ère destination la plus visitée au monde, et au dynamisme de notre économie touristique qui représente 7 % de notre PIB et 8 % de nos emplois.

Les Français sont très attachés à ce patrimoine terrestre, marin et même sous-marin ; nombreux sont ceux qui se mobilisent pour l’inventorier ou le défendre. Ils sont sensibles à la qualité paysagère de leur environnement, critère dont 7 Français sur 10 tiennent compte pour choisir leur lieu de résidence. Gisements précieux d’activités et d’emplois non délocalisables, les paysages sont des éléments déterminants du cadre de vie, de la santé et du bien-être de chacun et la condition d’un art de vivre ensemble. Ce capital paysager est notre bien commun. Il mérite d’être préservé, réparé, plus équitablement distribué et mis en valeur.

Lire tout le communiqué :

PDF - 95.3 ko
Haut de page



Allemagne : le rêve d’un parc éolien offshore géant tourne au cauchemar

Contrepoints - 24 septembre 2014 - Allemagne : le rêve d’un parc éolien offshore géant tourne au cauchemar

Publié le 24 septembre 2014 dans Matières premières et énergie

Publication France - Contrepoints

Traduction de l’allemand Scaletrans

Échec d’un projet éolien de grande ampleur qui remet en question toute la politique écologiste bâtie jusqu’à présent en Allemagne.

Par Pierre Gosselin - Un article du site Skyfall

Le numéro 35/2014 de Spiegel Magazine attire l’attention sur l’échec grandissant du premier projet ambitieux d’énergie éolienne offshore, BARD Offshore 1, qui vise à devenir un modèle pour le monde en fournissant sur une large échelle une énergie verte et propre.

Le parc éolien BARD 1, miné par des problèmes techniques majeurs et sans solution visible, effraye toute l’industrie Allemande de l’offshore. Pour l’instant, les choses auraient difficilement pu aller plus mal sur le plan technique, et maintenant sur les plans financier et juridique. Pour l’Allemagne, une nation hautement estimée en science, ingénierie et prouesses techniques, le projet d’énergie à grande échelle menace de tourner en déconfiture monumentale. Voir le contexte ici et ici.

Filtres électriques grillés

Le problème concerne le parc éolien offshore BARD 1 en Mer du Nord. Initialement le parc fut officiellement ouvert en Août de l’an dernier, mais a dû être fermé immédiatement en raison de problèmes techniques. Puis en mars 2014, les ingénieurs tentèrent à nouveau de mettre en ligne l’énorme parc éolien, et ils échouèrent encore car un court-circuit (wild current) grilla les filtres d’un transformateur électrique au large après juste quelques heures. À l’heure actuelle, 6 mois plus tard, il semble que les ingénieurs ne soient pas près de trouver une solution.

Énergie perdue évaluée à 340 millions d’euros

L’édition papier du Spiegel note que les ingénieurs s’efforcent de solutionner les problèmes techniques en question pour amener sur le marché la production de 80 éoliennes 100 km au large jusqu’au rivage via un transformateur. Le projet a maintenant pris plus d’un an de retard et Spiegel estime que le manque à gagner en énergie non produite pourrait atteindre 340 millions d’euros.

Maintenant les avocats s’y mettent

Comme les retards et les pertes financières s’accumulent, les investisseurs et les banques, qui ont versé des milliards dans le projet, deviennent de plus en plus nerveux. Le Spiegel écrit que non seulement l’origine des problèmes techniques est fiévreusement recherchée, mais c’est aussi la chasse aux responsables. Le Spiegel écrit : « En fait, non seulement les ingénieurs travaillent fiévreusement aux réparations, mais les avocats sont aussi impliqués. En même temps tout se résume à la question de la responsabilité du fiasco – et des coûts. »

Le Spiegel : « un problème pour toute l’industrie verte »

Les problèmes à BARD 1 sont si graves que Le Spiegel écrit que c’est « un problème pour l’ensemble de l’industrie de l’énergie verte ». Le Trianel Windpark Borkum, le deuxième projet éolien Allemand en importance, est prévu d’entrer en production ce mois-ci, mais personne n’est sûr que le parc fonctionnera en douceur rapporte Spiegel.

« C’est un système presque totalement défectueux »

Moulins à vent, éoliennes

Le problème, écrit Le Spiegel, est que le parc éolien est loin au large, rendant impossible d’amener la puissance à la côte avec une technologie conventionnelle. Le courant ne peut pas être acheminé à la côte en alternatif mais doit être transmis comme courant continu. Malheureusement, cette fonction n’est pas facile à gérer. Le Spiegel interroge un expert pour savoir s’il sera possible de résoudre les gros problèmes. Hans Günter Eckel, Professeur d’électronique de Puissance à l’Université de Rostock : « Il est fort probable qu’il ne s’agisse pas que d’un seul élément responsable, mais plutôt d’un système totalement défectueux. Il va falloir de la patience. C’est une technologie entièrement nouvelle et complexe. »

Le Spiegel résume cela : « l’industrie est nerveuse. Chez Trianel, ils ont décidé de suspendre la décision de construire un parc éolien supplémentaire de 200 MW jusqu’à plus ample informé. » Tout à coup chacun joue la prudence – attendant de voir si BARD 1 fonctionne. Au fond ils commencent à se demander si l’ensemble du projet est faisable ou non, question qui aurait dû être posée il y a des années.

Une chose devient très claire : dans la ruée folle vers l’énergie verte, investisseurs et politiciens ont mis la charrue avant les bœufs. Les mises en garde furent nombreuses, mais furent simplement rejetées avec désinvolture. Maintenant, investisseurs et avocats gémissent bruyamment face au dur atterrissage qui s’annonce proche.

Haut de page



Eoliennes et escroquerie, le film !

15 septembre 2014 - L’énergie éolienne : la grande escroquerie

Un reportage courageux du journaliste Armel Joubert des Ouches

Ce reportage dénonce la corruption éolienne et la gabegie d’un système voué à l’échec, car ni rentable, ni esthétique, ni écologique puisqu’il doit s’accompagner de nouvelles centrales au charbon

Bon film !

Eoliennes et escroquerie, le film !

A CE SUJET : Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable

lundi 15 septembre 2014

Énergie éolienne « la grande escroquerie » un film de Armel Joubert des Ouches

Pour dénoncer les méthodes utilisées par les promoteurs éoliens, un documentaire a été réalisé par Armel Joubert des Ouches journaliste indépendant, ancien correspondant et responsable régional de TF1. Robert Werner qui a été Grand reporter et rédacteur en chef à TF1 lui a apporté son concours.

Ce film analyse la corruption qui règne dans le système éolien et met en évidence, à l’aide de témoignages, les méthodes utilisées par les promoteurs éoliens pour arriver à leurs fins.

Ces pratiques sont dénoncées par Le Service Central de Prévention de la Corruption dans son rapport d’activité 2013. Cette enquête alerte les responsables de l’État sur les graves dérives de l’affairisme éolien en France, les prises illégales d’intérêts de la part d’élus et les pratiques d’enrichissement personnel qui prospèrent sur fonds publics en multipliant les ingérences privées dans le fonctionnement de l’État.

Les rouages d’un scandale financier , qui se compte en milliards d’euros par an , sont dévoilés par ce film en dépit de l’omerta presque totale qui règne sur ce sujet.

Haut de page



PROFANATION - Tribune de M. Bernard Loing, Président de D-DAY HERITAGE

PROFANATION - 5 septembre 2014

M. Bernard Loing, Président de D-DAY HERITAGE"

Il est dans le monde des lieux sacrés et protégés, que nul ne doit profaner.

Certains sont des lieux de culte célébrés parfois par d’immenses communautés. Des millions de fidèles se retrouvent ainsi au Hadj à la Mecque, aux cérémonies de Pâques devant Saint Pierre de Rome, ou sur les rives du Gange pour un bain purificateur. Plus universellement encore, les cimetières sont des lieux sacrés où chacun retrouve et honore ses morts, qu’il s’agisse de destins individuels ou de destins collectifs.

D’autres sont de hauts monuments de la civilisation humaine, comme le Parthénon, devenu au fil des siècles symbole de progrès et de démocratie. D’autres enfin sont des lieux de combat et d’actions héroïques menés pour défendre ces mêmes valeurs. Les deux guerres mondiales ont été le théâtre de tels événements.

Le plus emblématique est sans doute le Débarquement de juin 1944 sur les plages de Normandie, moment décisif de la Seconde Guerre mondiale, jalon de l’histoire du 20ème siècle dans la lutte contre la tyrannie pour rétablir les valeurs suprêmes de liberté et de démocratie. A certains égards, il marque l’acte de naissance des grandes institutions mondiales. Au prix d’un gigantesque effort de préparation et de mise en place, des milliers de bateaux surgirent à l’aube du 6 juin, porteurs d’espoir et de liberté, avec à leur bord des dizaines de milliers d’hommes très jeunes venus du monde entier, prêts à sacrifier leur vie.

De tels lieux ne sont pas moins sacrés. Le monde rend un hommage unanime à leur mémoire et des foules s’y rassemblent avec ferveur comme récemment aux cérémonies du 70ème anniversaire. Les Plages du Débarquement – Utah, Omaha, Gold, Juno et Sword – avec les sites des plus durs combats, batterie de Longues, Pointe du Hoc, port d’Arromanches, font l’objet d’une demande d’inscription par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, acte de reconnaissance légitime pour assurer respect et conservation.

Par les sacrifices et par le sang versé, dont le sable garde encore la mémoire, ces plages sont des sanctuaires inviolables. Elles le sont aussi par le symbole qui les unit toutes et qu’il faut préserver à tout prix, celui de l’horizon marin, balayé par le vent de la liberté, franchi un matin au péril de leur vie par les combattants venus délivrer le monde de la barbarie nazie. Le vent qui souffle sur ces Plages doit rester sans contraintes et l’horizon demeurer libre et intangible, hors de toute profanation. Rien ne doit venir barrer cet horizon sacré.

Dans ce monde du relatif et du profane, levons nous pour rappeler les exigences de l’absolu et du sacré.

Bernard LOING

Président de l’association D-Day Heritage

Haut de page



Surtout que personne ne récupère ces photomontages !

C’est super ! Depuis le 12 juin 2014, on peut découvrir l’ensemble du projet éolien en mer au Point infos situé à l’Hôtel de ville de Courseulles-sur-Mer !

Il y a notamment une belle simulation du futur parc, dans le coin le plus sombre de la pièce !

Malheureusement, impossible d’avoir une version imprimée des photomontages, il n’y a que les brochures à la gloire du nouveau dieu éolien qui amène énergie, emploi et même tourisme (plus c’est gros, plus ça passe) !

On peut lire dans un coin :

  • Hauteur émergée des éoliennes : 176 m
  • Effacement par la courbure terrestre pour l’éolienne la plus proche : Aucun masque
  • Effacement par la courbure terrestre pour l’éolienne la plus éloignée : 7,5 m

Ouf ! On va vraiment bien les voir ces 75 éoliennes ! Le tout c’est que personne ne le sache et ne voit ces photos avant...

Haut de page



L’arnaque aux emplois : 1,8 milliards pour 500 emplois, ça fait 3,6 millions par emploi. Alors où va l’argent ?

15 juillet 2014

Le mot "emploi" nous fait perdre la tête. Il suffit de le prononcer et on perd tout sens critique.

Les chiffres sont pourtant bien là.

  • Les coûts de développement et de réalisation du projet de parc éolien en mer sont estimés à environ 1,8 milliard d’euros (hors fonctionnement et maintenance)
  • Les coûts de fonctionnement du parc avoisinent 50 millions d’euros par an

En face, Alstom promet pour la Basse-Normandie deux usines à Cherbourg, l’une de construction de mâts (150 emplois) l’autre de construction de pâles (350 emplois), avec des profils à 60% d’opérateurs et 25% de cadres. Alstom s’engage sur 5% de postes réservés à l’insertion, c’est à dire aux gens qui sont éloignés de l’emploi. (NB : On comprend que les autres sont des profils qualifiés, non éloignés de l’emploi).

De son côté, EDF Energies Nouvelles évoque 50 millions d’euros de maintenance à dépenser tous les ans, correspondant à environ une centaine d’emplois pour la maintenance à Ouistreham.

Tout ça représente donc 3,6 M EUR par emploi créé pour Alstom, et 500 000 EUR / an par emploi créé pour EDF Energies Nouvelles.

Pour ces montants là, on peut en embaucher des gens ...

Alors STOP au chantage à l’emploi ! L’argent ne va que très faiblement dans les salaires et les emplois. On parle ici de très gros montants, de gros enjeux industriels, de vrai business, pas juste d’emplois pour sauver une région qui ferait l’aumône ou aider des chômeurs qui ne savent pas compter.

Sources : Débat public - Réunion publique de Caen, 15 mai 2013 - Interventions de MM. Nicolas SERRIE (Alstom), Jean-Michel CHALARD (Alstom), Marielle PARMENTIER (EDF Energies Nouvelles). Retrouvez ici le verbatim :

PDF - 851.5 ko
Haut de page



Nos ingénieurs EDF Energies Nouvelles sont-ils plus nuls qu’en Allemagne ?

30 juin 2014

"De nombreuses contraintes techniques et réglementaires nous imposent de positionner le parc éolien à 10 km des côtes et 22 à 25 mètres de profondeur."

  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 80 éoliennes à 42 m de profondeur et à 31 km des côtes ? (Projet Baltic II)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 12 éoliennes à 30 m de profondeur et à 45 km des côtes ? (projet Alpha Ventus)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 77 éoliennes à 29 m de profondeur et à 55 km des côtes ? (projet Borkum Riffgrund I)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 80 éoliennes à 30 m de profondeur et à 70 km des côtes ? (projet Dan-Tysk)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 83 éoliennes à 40 m de profondeur et à 110 km des côtes ? (projet Kaikas)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 117 éoliennes à 41 m de profondeur et à 120 km des côtes ? (projet Aiolos)
  • Mais pourquoi, en Allemagne, ils savent installer 80 éoliennes à 41 m de profondeur et à 180 km des côtes ? (projet Global Tech I)

Le consortium est-il le plus nul d’Europe ? Ou sont-ce nos élus ? Ou se moquent-ils juste de nous ?

Haut de page



Que devient l’exigence D 5.2.4 du cahier des charges sur les implantations à des profondeurs supérieures à 50 m ?

25 juin 2014

C’est bien de gagner un appel d’offres, mais n’oublions pas l’exigence "3.5 Recherche et développement" :

Le candidat fournit ses engagements en matière "d’implantation par des profondeurs plus élevées (supérieure à cinquante mètres mesurés par rapport à la référence de la plus haute marée astronomique)", ainsi que les "montants des investissements consacrés aux actions précitées".

C’est le moment de nous dire où on en est, par ce que le projet actuel à 20 mètres de profondeur, à part polluer le paysage naturel et enrichir davantage le consortium EDF-ALSTOM, on voit pas bien son caractère innovant.

Haut de page



Voulons-nous cette vue en échange d’une subvention inconnue ?

15 juin 2014 : Simulation EDF de la vue depuis Courseulles

  • Et pourquoi pas une autoroute dans nos villages, si on récupère le péage ?
  • Bravo EDF ! Le coup des subventions aux communes, c’est la corruption écolo !

NB : Cette simulation est réalisée par EDF et visible sur le site http://www.debatpublic-eolien-en-mer-courseulles.org/PHOTOMONTAGES/18.html

Haut de page



La Patrouille de France à Arromanches, une dernière avant les éoliennes en mer ?

7 juin 2014 - Arromanches-les-bains

JPEG - 97 ko

"Ce week-end commémoratif fut placé sous le signe de l’émotion où le devoir de mémoire a pris tout son sens. Nous avons été plus qu’honorés d’avoir participé aux manifestations du 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie [...] Nous avons présenté notre série beau temps à Arromanches devant plus de 40 000 personnes rassemblées sur la plage.

Très émus par la ferveur patriotique du public, [...] nous sommes fiers d’avoir rendu, à notre manière, un vibrant hommage à nos vétérans, ces héros, ainsi qu’à tous ceux qui ont donné leur vie pour libérer notre pays."

Athos, pilote de la Patrouille de France

Et demain, comment ferons-nous ? Ces commémorations qui perpétuent le souvenir des sacrifices du Débarquement auront une drôle d’allure au milieu des éoliennes en mer et des navettes qui en assureront la maintenance...

Dégrader nos sites de mémoire, est-ce une manière de tourner le dos à notre histoire en la rendant banale, moins importante que les petits calculs d’EDF ?

Haut de page



La France propose l’inscription des plages du Débarquement à l’UNESCO

6 juin 2014 - Dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement, une cérémonie internationale avait lieu à Ouistreham, en présence de 17 chefs d’État. Cette cérémonie a été l’occasion pour François Hollande d’afficher son soutien à la candidature des plages du Débarquement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

En savoir plus

Haut de page



Discours de François Hollande à Ouistreham

Cérémonie internationale de commémoration du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie

Discours de François Hollande, Président de la république

Ouistreham, vendredi 6 juin 2014

« Mesdames, Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Vous représentez ici 19 pays rassemblés avec la France pour marquer la réconciliation, la réunion, l’hommage que nous devons à tous ces vétérans ici présents et que je veux d’abord saluer parce qu’ils sont les témoins vivants de ce qui s’est produit ici le 6 juin 1944.

Cette cérémonie du 70ème anniversaire du Débarquement exceptionnelle : exceptionnelle par son ampleur, nous en avons la démonstration ; exceptionnelle par la ferveur populaire qu’elle suscite ; exceptionnelle aussi dans ce moment précis où nous nous rassemblons.

Nous faisons un devoir de mémoire, oui, pour les victimes, toutes les victimes, militaires et civiles, alliées et ici aussi les victimes allemandes du nazisme. Mais nous envoyons aussi un message par la cérémonie d’aujourd’hui, avec celles et ceux qui y participent, un message de paix, une exigence pour les Nations Unies d’intervenir là où c’est nécessaire pour la sécurité collective ; un message pour l’Europe qui a permis la paix alors qu’elle avait été le continent de la guerre tout au long du XXe siècle. Il y a soixante-dix ans jour pour jour, ici même, devant cette plage, cette belle plage de « Riva-Bella », des milliers de jeunes soldats sautaient dans l’eau sous le déluge du feu pour courir vers les défenses allemandes. Ils avaient 20 ans, un peu plus, un peu moins et qui pouvait dire à ce moment là que « 20 ans, c’était le plus bel âge de la vie » ? Pour eux, 20 ans, c’était l’âge du devoir, c’était l’âge de l’engagement, c’était l’âge du sacrifice. Ils avaient froid, ils avaient peur. L’air de ce 6 juin aujourd’hui si pur était brouillé par la fumée des premiers combats et déchiré par le fracas des explosions. L’eau sage que nous voyons aujourd’hui était striée par l’écume des barges de débarquement et rougie par le sang des premiers combattants. A quoi pensaient-ils ces jeunes de 20 ans face à cette épreuve, face à cet effroi ? Ils pensaient sûrement à leur mère si chère, à leur père inquiet, à l’être aimé si loin, à leur enfance si proche, à leur vie si courte et dont l’horizon était barré par la guerre.

Pourtant, ces jeunes, au milieu de cet enfer de feu et d’acier, n’ont pas hésité une seule seconde. Ils ont avancé, avancé sur le sol de France, bravant les balles et les obus ; ils ont avancé au risque de leur vie pour abattre un régime diabolique ; ils ont avancé pour défendre une noble cause ; ils ont avancé, oui, avancé toujours pour nous libérer, pour nous libérer enfin.

Parmi eux, figuraient les membres du bataillon KIEFFER, peu nombreux, 177 Français, 177 valeureux qui ont permis à la France de libérer la France. Ils étaient dirigés par Philippe KIEFFER et sous l’uniforme britannique, ils formaient le quatrième commando de la première brigade de Lord LOVAT dont 134 seront tués ou blessés en Normandie. Leur nombre était petit mais leur valeur était grande. Un peu plus loin, beaucoup plus nombreux, débarquaient les fantassins de la troisième division d’infanterie britannique du Général DEMPSEY qui étaient chargés de prendre cette plage d’Ouistreham, rebaptisée « Sword » dans le langage de l’opération « Overlord ». Plus loin encore, ce sont les troupes canadiennes qui menaient l’assaut ; puis à l’Ouest de ce champ de bataille, entre Arromanches et le Cotentin, les forces américaines commandées par le Général Omar BRADLEY et qui allaient payer un lourd tribut à cette opération, à ce Débarquement sur Omaha, Omaha la sanglante. Le Général BRADLEY avait dit que tous ceux qui avaient mis le pied un jour, ce jour-là, le 6 juin 1944, sur la plage d’Omaha étaient des héros ; oui, ils étaient des héros, tous ceux-là qui avançaient, qui avançaient encore pour notre liberté !

Nous sommes en Normandie. La bataille qui se déroula tout au long de l’été 1944 fut la plus grande bataille aéronavale de l’histoire. 5 000 navires, 10 000 avions, 140 000 soldats britanniques, canadiens, américains. Le seul 6 juin, 3 000 d’entre eux furent tués, .3 000 !

Mais les soldats venus de la mer avaient réussi l’essentiel. L’essentiel, c’était de mettre le pied sur la terre de France et le 6 juin ils avaient commencé à libérer la France. Et comme le soleil se couchait sur ce jour le plus long, un espoir lumineux se levait sur l’Europe asservie. Sur ces plages de Normandie s’étend le souvenir d’un affrontement acharné, incertain, décisif. Sur ces plages de Normandie, plages paisibles, flotte encore l’âme des combattants qui ont donné leur vie pour délivrer l’Europe. Sur ces plages tranquilles, souffle quel que soit le temps qui passe, quel que soit le climat des saisons un seul vent, le vent de la liberté. Il souffle encore aujourd’hui.

Voilà pourquoi je souhaite au nom de la France que les plages du débarquement soient inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, car ici nous sommes sur un patrimoine mondial de l’humanité. Cette inscription rappellera le caractère sacré de ces lieux pour les préserver à tout jamais et surtout pour accueillir toutes les générations qui viendront en visiter les sites lorsqu’elles voudront comprendre, lorsqu’elles voudront voir où le sort de l’humanité s’est joué, où il s’est décidé un 6 juin 1944.

Les vétérans, les survivants, ils sont là ici avec nous à l’endroit même où ils ont débarqué il y a 70 ans, là où ils se sont fait parachuter, là où ils ont combattu, là où ils ont lutté, là où ils ont été blessés.

Je veux au nom de la France saluer fraternellement ceux qui sont présents aujourd’hui. Merci d’avoir été là un été 44, merci d’être toujours là le 6 juin 2014 et vous serez toujours, là, ici, présents par votre esprit sur ces plages du Débarquement. Je veux exprimer ma gratitude à tous les combattants qui ne sont plus, américains, britanniques, canadiens, australiens, néo-zélandais, polonais, belges et toutes les nationalités engagées avec les alliés. Tous ont servi l’humanité et si nous pouvons aujourd’hui vivre en paix, si nous pouvons vivre en sécurité, si nous pouvons vivre en souveraineté, protégés par les lois que nous avons voulues, c’est grâce à ces hommes qui ont donné leur vie. Et je l’affirme ici sur cette plage, la reconnaissance de la République française ne s’éteindra jamais.

En venant ici, nous sommes tous quel que soit notre âge, quelle que soit notre condition, quelles que soient nos origines, saisis par une émotion. Ce qui frappe encore lorsque nous allons de lieu en lieu et parfois de cimetière en cimetière, c’est le courage des soldats qui ont lutté ici, le courage des parachutistes qui ont sauté dans la nuit pour préparer l’offensive, le courage des Rangers qui ont pris la pointe du Hoc, le courage des soldats britanniques qui ont réduit au silence la batterie de Merville, le courage du général Norman COTA qui a galvanisé ses hommes débarqués sur Omaha, cloués au sol par la vigueur du feu allemand, le courage de tous ces jeunes venus du monde entier conquérir mètre après mètre les plages et les dunes, le courage des résistants français qui ont facilité la réussite de l’opération, le courage des français libres ralliés à l’appel du général de GAULLE, le courage des populations civiles de Normandie qui ont souffert sous les bombes, qui ont subi des pertes considérables et qui ne savaient plus si elles devaient partager leur douleur ou leur joie, leur douleur d’avoir perdu un être cher, leur joie aussi d’avoir reconquis leur liberté.

Je veux saluer le courage de l’Armée rouge qui loin d’ici face à 150 divisions allemandes a été capable de les refouler, de les battre ! Et une fois encore, mais cela ne sera jamais trop, je tiens à souligner la contribution décisive des peuples de ce que l’on appelait l’Union soviétique, ces peuples-là nous sommes aussi dans le devoir de reconnaître ce qu’ils ont fait pour notre propre liberté, pour la victoire contre le nazisme.

Et, enfin, je veux saluer le courage des Allemands victimes eux aussi du nazisme, entraînés dans une guerre qui n’était pas la leur, qui n’aurait pas dû être la leur. Aujourd’hui nous nous inclinons devant toutes les victimes du nazisme.

Cette grande épopée, pour reprendre l’expression du général EISENHOWER, nous rappelle une vérité simple, toute simple, que nous devons toujours avoir à l’esprit dans toutes les circonstances : la liberté est un combat. La liberté n’est pas une évidence comme certains pourraient le croire au sein de nos nations, qui pensent que la liberté est comme l’air que nous respirons, naturelle, et qu’il n’y a même pas lieu d’y penser. Pourtant, la liberté est toujours un combat. Elle n’est jamais acquise. Toujours des femmes et des hommes doivent se lever pour la défendre, pour la conquérir 70 ans après le jour J.

Cette liberté est encore menacée dans trop de régimes du monde ! Ici, le 6 juin, sur les plages de Normandie, il y a soixante-dix ans, les démocraties s’étaient liguées pour embrasser une juste cause. Cette cause demeure encore la nôtre aujourd’hui. Ce ne sont plus les alliés qui doivent se lever pour l’arracher à ceux qui la menacent ; ce sont les Nations unies qui ont la responsabilité de la paix. Faut-il encore que les Nations unies soient à la hauteur de la mission qui leur a été confiée au lendemain de la guerre et assurent partout la sécurité collective.

J’ai parlé du courage, du courage des combattants, du courage des résistants, du courage des populations de cette époque ; le courage dans la guerre. Mais le courage dans la paix est tout aussi essentiel et nécessaire. Des soldats qui ont débarqué ici il y a soixante-dix ans, par quoi étaient-ils animés ? Par leur devoir patriotique ? Oui, sûrement. Mais aussi par une idée, par une idée qu’ils partageaient tous, quelles que fussent leurs nationalités : en posant le pied ici, sur ces plages, ils portaient un rêve, un rêve qui paraissait inaccessible en 1944 ; un rêve né au fond de l’abîme, un rêve qui illuminait leur conscience. Quel était ce rêve ? C’était la promesse d’un monde délivré de la tyrannie et de la guerre. C’était aussi le rêve d’une société plus juste et plus fraternelle.

Cette ambition, elle avait été formulée deux ans plus tôt par les deux chefs de guerre qui avaient décidé de l’opération Overlord : Winston CHURCHILL et Franklin ROOSEVELT. Sur un navire qui était ancré au milieu de l’océan, ils avaient écrit la Charte de l’Atlantique. Elle rappelait les buts de la guerre : délivrer l’Europe, parvenir à la paix, vaincre le nazisme. Mais en même temps, cette Charte affirmait la volonté de réaliser entre toutes les Nations, la collaboration la plus complète dans le domaine de l’économie, afin de garantir à tous le progrès et la sécurité sociale.

Le 5 mai 1944, un mois avant le Débarquement, les Alliés avaient adopté une déclaration, la Déclaration de Philadelphie. Elle précisait que tous les êtres humains ont le droit de poursuivre le progrès matériel, le développement spirituel, dans la liberté et la dignité et avec des chances égales. Ce message nous oblige encore aujourd’hui. Parce que la campagne héroïque qui a été menée ici portait justement une volonté, celle d’en terminer avec les maux, avec les fléaux qui tourmentaient depuis l’origine l’Humanité.

La misère, l’injustice, l’oppression, tout ce qui produit la guerre. Eh bien Mesdames et Messieurs ici rassemblés, chefs d’Etat, chefs de gouvernement, élus, vétérans, population civile, oui, nous avons encore à faire notre devoir de préserver l’héritage qui nous a été laissé, le devoir de faire progresser l’union des peuples d’Europe pour ceux qui sont européens. Notre devoir de renforcer le rôle des Nations unies, notre devoir de défendre partout les droits de l’Homme et la dignité, la dignité des femmes qui sont encore dans trop d’endroits dans le monde, asservies, abaissées, abîmées ; ce qui nous atteint tous.

C’est aussi notre devoir d’assurer la paix partout, et s’il y a eu ce rassemblement des chefs d’Etat et de gouvernement, c’est aussi pour servir la paix, et là où elle est menacée, pour trouver les solutions et les issues pour qu’un conflit ne dégénère pas dans une guerre. Notre devoir, c’est de lutter contre les fanatismes, les extrémismes, les nationalismes. A nous, à nous tous, quelles que soient nos places, à nous de faire preuve de la même hauteur de vue, de la même audace, de la même bravoure, de la même conscience, de la même volonté que ceux qui sont venus sur ces plages. Aujourd’hui, les fléaux s’appellent le terrorisme, les crimes contre l’Humanité ; mais ce sont aussi des fléaux terribles que nous avons à conjurer à travers les crises humanitaires, les dérèglements du système financier, les dangers du réchauffement climatique, la misère et le chômage de masse. Ce n’est pas comparable, mais c’est ce qui peut aussi menacer, partout dans nos Nations, la cohésion et parfois provoquer des conflits.

Le 6 juin n’est pas un jour comme les autres. Il n’est pas simplement le plus long des jours. Il est un jour où le souvenir des morts oblige à chaque instant les vivants. A nous, représentants des peuples unis ici, de tenir la promesse écrite avec le sang des combattants. A nous d’être fidèles à leur sacrifice en construisant en leur nom et au nom des générations futures, un monde plus juste et un monde plus humain. Oui, je m’incline devant les morts du 6 Juin et de la Bataille de Normandie. Je salue les vétérans et je dis aux chefs d’Etat et de gouvernement ma gratitude de les voir réunis ici, et en même temps, je veux leur dire que ce qui nous attend est plus qu’un devoir, c’est une obligation pour le monde et un devoir pour ceux qui ont combattu sur ces plages et qui, aujourd’hui, aujourd’hui même, savent par leur esprit que nous sommes leurs héritiers.

Source : http://www.elysee.fr/declarations/article/ceremonie-internationale-de-commemoration-du-70e-anniversaire-du-debarquement-en-normandie-ouistreham-dday7/

Haut de page



Retrouvez-nous pendant les manifestations du 70ème anniversaire

4 juin 2014 - Venez nous rencontrer les 5, 6 et 7 juin 2014, aux manifestations du 70ème anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie

Venez découvrir notre projet alternatif d’implantation des éoliennes en mer, ou contactez-nous pour plus d’informations.

Haut de page



La France engage auprès de l’UNESCO le processus de classement des Plages du Débarquement au patrimoine mondial de l’humanité

Avril 2014.

Le classement des Plages du Débarquement porte sur 9 points :

  • 5 plages sur lesquelles eurent lieu les opérations de débarquement du 6 juin 1944 : Utah Beach, Omaha Beach, Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach.
  • 4 autres éléments terrestres et maritimes côtiers, dont le rôle fut majeur lors de cet affrontement : la Pointe du Hoc, la batterie de Longues-sur-Mer et le port artificiel Winston Churchill, ainsi que par un champ subaquatique au large des plages.

Ci-dessous figurent quelques points clés du dossier de classement, spécifiquement liés aux épaves et de vestiges subaquatiques au large des plages. Ils montrent à quel point leur préservation est un élément décisif du projet de Classement des plages du Débarquement

[...] La présence d’un nombre considérable d’épaves et de vestiges subaquatiques au large des plages constitue enfin un témoignage exceptionnel. Ces éléments sous-marins illustrent tant l’intensité des combats que le formidable effort logistique et militaire déployé par les Alliés pour parvenir à franchir le système de dé-fense du Mur de l’Atlantique.

Les épaves de bateaux et de matériels militaires font également partie du patrimoine qui compose les Plages du Débarquement. Leur identification (date de construction, origine du chantier naval, tonnages et missions) et leur localisation ont été précisément établies grâce à la restitution photographique et cartographique des prospections menées par le DRASSM. Comme pour le port artificiel Winston Churchill, il n’y a pas eu d’intervention de consolidation ou de restauration de ces épaves, mais un certain nombre de prédations qui ne remettent pas en cause leur authenticité.

Les vestiges subaquatiques constituent un témoignage matériel extrêmement important, en étendue, en quantité d’éléments immergés et en diversité. Ce champ d’épaves, particulièrement dense, s’étend au large jusqu’à environ 20 km des côtes. Les profondeurs varient de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres.

Certains éléments subaquatiques témoignent également de l’effort logistique et technique engagé par les Alliés lors du Débarquement. Peu de biens inscrits au Patrimoine mondial possèdent une composante subaquatique, qui plus est d’une telle importance.

Pour en savoir plus, voir le site de L’UNESCO : http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/5883/

ou le document ci-joint

PDF - 75 ko
Haut de page



Création de l’association Libre Horizon

1er mars 2014 - Nous créons aujourd’hui LIBRE HORIZON !

Cette "Association Loi 1901" regroupe des habitants des différents villages concernés par ce projet : Arromanches-les-bains, Tracy, Longues-sur-mer, Asnelles, Saint-Côme de Fresné, Courseulles-sur-mer, Crépon, Graye-sur-mer, Meuvaines, Sainte-Croix-sur-mer, Ver-sur-mer

L’association Libre Horizon rassemble des personnalités de tous horizons, agriculteurs, pêcheurs, commerçants, touristes de passage, historiens, anciens combattants et veuves de soldats de Grande-Bretagne et du Commonwealth, des Etats-Unis, du Canada débarqués en 1944.

Adhérez !

PDF - 21.9 ko
Bulletin d’Adhésion Libre Horizon
Haut de page



Le Ministère de l’environnement désigne EDF comme lauréat du complexe éolien en mer des plages du Débarquement

Paris, le 6 avril 2012

Le ministère de l’environnement a lancé le 11 juillet 2011 un premier appel d’offres pour le développement de complexes éoliens offshore. La date limite de remise des offres était fixée au 11 janvier 2012.

Le Gouvernement annonce aujourd’hui que EDF (en groupement avec Alstom et le danois Dong Energy) remporte les trois lots pour les complexes de :

  • Fécamp (Seine-Maritime, puissance 498 MW)
  • Courseulles-sur-Mer (Calvados, puissance 450 MW), devant les plages du Débarquement et le port artificiel d’Arromanches
  • Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, puissance 480 MW)

Les offres des candidats ont été notées selon 3 critères :

  • la qualité du projet industriel et social (40 %),
  • le prix d’achat de l’électricité proposé (40 %),
  • le respect de la mer et de ses usages (20 %).

Le détail des critères est accessible sur le site du ministère ou ici :

PDF - 66.3 ko

Haut de page



Ce qu’il faut retenir

  • Nous sommes déterminés
  • Notre projet alternatif est sérieux
  • Nous voulons être constructifs
  • Nous ne lâcherons pas
  • Nous avons besoin de vous !