Les pêcheurs se mobilisent contre le parc éolien de Courseulles, pour la sauvegarde de leurs ressources et un Libre Horizon !

Port-en-Bessin, le 3 juin 2021

Les pêcheurs se sont réunis ce matin à la criée de Port-en-Bessin pour exprimer leur opposition à l’implantation du parc éolien en mer de Courseulles si près des côtes, en pleine zone de pêche.

Les intervenants se sont succédé à la tribune pour dénoncer le passage en force de l’Etat sur ce projet, les dégâts sur la pêche artisanale qui est exclusivement côtière, et la filière pêche fraîche dans son ensemble !

Tous les efforts des pêcheurs depuis 30 ans pour la préservation et la raisonnable exploitation des ressources, en particulier de la coquille Saint-Jacques, sont balayés au profit d’éoliennes déjà obsolètes et polluantes, avec 100 kg d’aluminium par jour déversés dans la mer si près des côtes dus aux anodes sacrificielles des fondations.

Le pompon a été le mensonge fait au pêcheurs pour faire admettre en 2012 ce parc : "Il n’y en aura pas d’autre en Normandie". En 2020, l’appel d’offres pour le parc de Barfleur est lancé, et surtout la PPE indique que pour les prochains projets éolien en mer, "l’Etat envisagera systématiquement la réalisation d’une extension des parcs existants et la mise en place d’un raccordement mutualisé" (Décret n° 2020-456 du 21 avril 2020)

Jean-François Collard, candidat aux côtés d’Elsa Joly-Malhomme aux élections départementales de juin 2021 pour le canton de Courseulles, a rappelé l’objet de sa candidature : "Pour un Libre Horizon !". Après 10 ans d’engagement associatif pour la remise à plat de ce projet insensé, il faut se mobiliser pour la remise à plat intégrale de ce dossier :

  • Déplaçons le parc éolien en mer à 45 km, comme le font tous nos voisins européens ! Ainsi nous protégeons la pêche côtière !
  • Utilisons les éoliennes de nouvelle génération pour diviser par deux leur nombre et donc leur impact écologique et leur emprise maritime.
  • Protégeons les couloirs migratoires de l’avifaune qui se situent dans la bande des 20 km des côtes
  • Protégeons les grands dauphins, marsouins, phoques et veaux marins de notre littoral qui sont exclusivement des espèces côtières
  • Revoyons l’équation économique du projet de Courseulles : les 3 milliards d’Euros de subvention publique ne sont désormais plus nécessaires compte-tenu de la maturité actuelle de cette industrie

Le discours de Jean-François Collard a été très applaudi !

On va gagner !!